Les effets secondaires

Les effets secondaires des traitements

Quel que soit le traitement anti-cancéreux, il peut être accompagné d’effets secondaires, asymptomatique ou pas.

Les effets secondaires de chimiothérapie

Voici un glossaire des effets secondaires potentiels liés à certains médicaments de chimiothérapie, ainsi que des conseils pour en réduire les symptômes.
N’hésitez pas à en parler avec les équipes soignantes.

Chute du taux de globules blancs, fièvre :
Vers le 7ème – 10ème jour de chimiothérapie, vos globules blancs peuvent chuter.
Le plus souvent, vous ne ressentez rien. Parfois, vous pouvez présenter un signe d’infection tel que angine, diarrhées, bronchite, fièvre …
> Il est conseillé de contacter rapidement votre médecin traitant ou votre médecin référent pour instaurer un traitement des symptômes si besoin.

Chute du taux de globules rouges :
Une chute des globules rouges (= anémie) peut survenir au fur et à mesure de l’administration des chimiothérapies. Elle peut se manifester sous la forme d’un essoufflement et d’une profonde fatigue.
> Des traitements correcteurs sont disponibles si l’anémie est avérée et mal tolérée.

Chute du taux de plaquettes :
Vers le 15ème jour de chimiothérapie, le taux de plaquettes sanguines peut chuter.
Le plus souvent, vous ne ressentez aucun symptôme.
> Si vous présentez des saignements répétés, contactez votre médecin traitant ou votre médecin référent.

Nausées et vomissements :
Du 1er au 5ème jour de chimiothérapie, vous pouvez présenter des nausées.
Elles sont favorisées par le mouvement et une alimentation riche.
> Reposez-vous, hydratez-vous régulièrement, buvez des eaux pétillantes en dehors des repas.
> Prenez régulièrement les médicaments prescrits par votre médecin référent.

Diarrhées :
On entend par diarrhées, la survenue de plus de 3 selles liquides dans une même journée
> Consultez alors votre médecin traitant ou votre médecin référent, qui vous prescrira un traitement symptomatique et des conseils diététiques.

Constipation :
La constipation post-chimiothérapie peut être soulagée par des règles hygiéno-diététiques : boire abondamment des eaux riches en magnésium, marcher, manger des fruits et des légumes.
> Dans certains cas, un recours à un traitement laxatif peut être utile, après consultation médicale.

Toxicité cardiaque :
Quelques médicaments sont toxiques au niveau cardiaque à des doses cumulées élevées.
> Ils nécessitent la réalisation régulière d’un bilan cardiologique spécifique.

Chute des cheveux :
La chute des cheveux peut survenir entre le 14ème et le 21ème jour de traitement.
Le cuir chevelu peut alors être sensible.
> Il est conseillé de faire couper ses cheveux courts, et de choisir une perruque dès le début de la chimiothérapie.
> Le port d’un bonnet, d’un foulard ou d’une casquette permet également d’avoir un certain confort lorsque la perruque devient gênante.

Inflammation de la bouche et de la trachée :
Une inflammation de la bouche, une mycose buccale ou des aphtes peuvent être favorisés par la chimiothérapie.
> Vous pouvez alors multiplier les bains de bouche au bicarbonate ou au désinfectant sans alcool.
> Limitez la consommation d’aliments acides ou épicés.
> En cas d’aphtes : un traitement anti-herpétique ou anti-fongique, est souvent nécessaire, qui vous sera prescrit par votre médecin traitant ou votre médecin référent.

Atteinte de la peau :
Certains médicaments peuvent être responsables d’une sécheresse cutanée.
> Utilisez des savons doux (type surgras, huile lavante), des crèmes hydratantes (cold cream), des crèmes solaires avec protection élevée.
> Toutes les autres atteintes cutanées doivent être vues par votre médecin traitant ou votre médecin référent.

Atteinte des ongles (onicholyse) :
Une protection des ongles des mains et des pieds peut être utile.
> Appliquer de la vitamine E.

Syndrôme mains-pieds :
Certains médicaments donnent une inflammation de la paume des mains et/ou de la plante des pieds.
> Appliquez du froid, évitez les frottements, utilisez des pommades à base d’urée ou de vaseline.

Arrêt des règles :
Le traitement de chimiothérapie peut induire la mise au repos des ovaires, d’où une absence de règles le temps du traitement. Il s’agit alors d’une ménopause transitoire ou non selon l’âge et le type de chimiothérapie.

Fourmillements et perte de sensibilité dans les extrémités – Neuro-toxicité :
Des fourmillements des extrémités peuvent apparaitre lors de la chimiothérapie.
> Signalez-les à votre médecin traitant ou médecin référent lors de votre consultation.

Troubles de la libido :
Des troubles de la libido sont fréquents et le plus souvent transitoires lors des chimiothérapies

Les effets secondaires de radiothérapie

Plusieurs facteurs déterminent l’efficacité du traitement de radiothérapie, dont notamment :
• Le choix de la technique de traitement,
• Le choix de la dose nécessaire pour agir sur la tumeur tout en contrôlant la dose d’irradiation aux tissus sains,

La radiothérapie est un compromis : délivrer la bonne dose pour détruire les cellules tumorales et minimiser les effets sur les tissus sains proches

Les effets secondaires peuvent être ressentis pendant la période de traitement, voire plusieurs années plus tard. Ce peut être un état transitoire d’une durée plus ou moins longue.

La nature des effets secondaires, sera liée à la localisation de la tumeur et aux éventuelles atteintes des tissus avoisinants.
On peut par exemple citer :
• Réactions cutanées dues aux rayonnements
• Réactions digestives
• Des douleurs osseuses

Les effets secondaires de curiethérapie

L’Institut de Cancérologie de Bourgogne prend en charge des cancers gynécologiques, et propose des traitements par curiethérapie lorsque cela est indiqué.

Consulter la page : votre parcours en curiethérapie

Consulter la page sur la curiethérapie

Plusieurs jours après la fin du traitement, la muqueuse vaginale et des organes voisins peut réagir et provoquer des brûlures en urinant, modifier votre transit ou provoquer des pertes vaginales. Le cas échéant, parlez-en à votre médecin.

↑ Haut de page

Scroll Up